L’histoire sans fin

Ende, Michael - L'histoire sans finFiche identité

  • Titre du livre: L’histoire sans fin
  • Auteur: Michael Ende
  • Nombre de pages: 497
  • Édition: Le livre de poche

Résumé

Orphelin de mère et élevé par un père absent, Bastien se réfugie dans la lecture. Un matin, il vole un livre dans une librairie qui s’avère être magique.

Avis     Coeur-blogCoeur-blog

Je connais surtout cette histoire grâce aux films et l’idée ne m’était jamais venue à l’esprit qu’un livre existait. Puis quand je l’ai vu bien rangé sur une étagère de la bibliothèque je n’ai pas résisté à l’envie de le lire.
Je vous avoue que je suis déçue car je m’attendais à autre chose, pourtant je n’ai que de vagues souvenirs des films.
L’histoire ne m’a pas plu, je n’ai pas embarqué même si une amie m’a fait des commentaires élogieux sur ce livre. Pourquoi ? Premièrement le style d’écriture ne me plaisait pas du tout : je le trouve lourd, indigeste et pas assez fluide. Les descriptions sont fades et j’avais constamment envie de sauter des paragraphes et pourtant c’est rare que ce genre de situation m’arrive.
L’histoire est divisée en deux grandes parties. La première raconte la quête d’Atréju et j’ai trouvé que c’était correct mais sans plus car tout était un peu trop facile à mon goût. Ces aventures se succèdent trop vite si bien qu’au moment où on commence à savourer : hop ! C’est déjà fini !
Mais paradoxalement, ce que je dis ne s’applique qu’à la première partie car la seconde partie, c’est-à-dire lorsque Bastien intervient dans l’histoire, était laborieuse. D’emblée je ne l’ai pas trouvé sympathique mais au fur et à mesure, toutes ses actions m’irritaient. L’univers qu’il créait ne me plaisait pas, les personnages non plus : les noms étaient trop compliqués à retenir, les objectifs bien trop flous. Il y avait trop de longueurs qui noyaient l’intrigue, trop de personnages secondaires sans grande consistance, trop de détours inutiles. En plus je n’ai jamais compris le pourquoi du comment de la fameuse petite Impératrice.
Je ne mettrai pas la note fatale car la première partie sauve l’ensemble. Peut-être ai-je lu le livre à un mauvais moment ou bien est-ce que j’ai perdu cette âme d’enfant qui aimait les histoires fantastiques mais candides ? Je ne sais pas.
Toujours est-il que cet ouvrage m’a paru interminable !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *