Le petit copain

Tartt, Donna - Le petit copainFiche identité

  • Titre du livre: Le petit copain
  • Auteur: Donna Tartt
  • Nombre de pages: 854
  • Édition: Pocket

Résumé

Cette histoire se déroule dans le Mississippi, dans la petite ville d’Alexandria. La famille Dufresnes vit dans l’ombre de Robin, leur enfant assassiné à l’âge de dix ans, un crime qui n’a jamais été élucidé. Les années passent mais la famille reste aussi meurtrie. Harriet, la cadette, décide alors de découvrir la vérité…

Avis     Coeur-blogCoeur-blogCoeur-blogCoeur-blog

Depuis quelques semaines j’ai l’impression de mener deux vies  grâce à ce livre : il suffit que je lise quelques pages et me voilà propulsée dans l’ambiance chaude et moite du Mississippi.
Je ne savais rien de l’intrigue car je ne lis plus les 4ème de couverture pour éviter tout « spoiler ». Au début de ma lecture, je me suis maintes fois posée la question: mais où l’auteur veut-elle en venir ? De quoi est-il question ?
Nous découvrons petit à petit la famille Cleve Dufresnes : les circonstances qui entourent la mort de Robin, le délitement progressif de la famille et l’isolement dans lequel vivent les deux derniers enfants suite à la dépression de leur mère et le départ de leur père pour Nashville. Le décès de Robin, comme un violent cyclone, a tout balayé sur sa route et n’a laissé que des décombres. Avec le peu qui reste, et le soutien indéfectible de ses tantes, de sa grand-mère et d’Ida, Harriet grandit tant bien que mal derrière l’image idéale de Robin, dans une famille dévastée et rongée par le chagrin.
L’auteur ici nous développe plusieurs profils psychologiques complexes, où les personnages ne sont ni blancs ni noirs. Chacun se débat avec son passé et ses propres démons. Harriet est une enfant attachante, mais déterminée, solitaire et garçon manqué : influencée par ses lectures et par un certain désœuvrement, elle se met en tête de trouver le meurtrier de son frère et de le venger. Mais elle est entraînée dans un engrenage qu’elle ne maîtrise presque plus et découvre le monde complexe des adultes.
L’auteur évoque plusieurs thèmes : la perte de l’innocence, la culpabilité et les gestes qui peuvent devenir irréparables, soient parce qu’ils ont été guidés par une erreur d’appréciation ou par une volonté manifeste de faire du mal ; le temps qui passe et ne revient plus ; les problèmes relatifs à la drogue et à la pauvreté ; la vie et les mœurs dans une bourgade simple des Etats-Unis, la place omniprésente de la religion (et de certaines sectes) dans le quotidien de la plupart des Américains, le clivage entre Blancs et Noirs dans le Mississippi des années 70…
Le style d’écriture est limpide, claire et fluide. S’il y a eu parfois quelques longueurs, j’ai trouvé ce livre envoûtant. J’ai ressenti tellement d’émotions au cours de la lecture : de la tristesse à cause du départ d’Ida ; de l’angoisse face à toutes les bêtises imaginées et réalisées par Harriet et Hely ; de l’affection profonde envers Libby, Edie, Adélaide et Tattycorum ; des fous rires en voyant ce fameux camp baptiste…
Je n’ai pas mis le 5ème cœur car le livre se termine brusquement et m’a laissée sur ma faim : je pense que je me demanderai toujours quelque part au fond de moi-même ce qu’est devenu Harriet.
Un roman que je vous recommande vivement !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *