Le liseur

Schlink, Bernhard - Le liseurFiche identité

  • Titre du livre: Le liseur
  • Auteur: Bernard Schlink
  • Nombre de pages: 202
  • Édition: Gallimard

Résumé

A quinze ans, Michael fait la connaissance de Hanna Schmitz, une femme d’une trentaine d’années. Entre eux naît une relation amoureuse intense jusqu’au jour où elle disparaît sans donner de trace. Quelques années plus tard, il la retrouve et découvre son secret…

Avis     Coeur-blogCoeur-blogCoeur-blogCoeur-blog

Je connaissais déjà l’histoire puisque je suis allée au cinéma voir le film, mais en l’apercevant dans les rayons de la bibliothèque je n’ai pas résisté à l’envie de le redécouvrir à nouveau.
On se retrouve dans l’Allemagne de l’après-guerre dans la peau de Michael, un jeune adolescent qui succombe à une passion dévorante pour une femme nettement plus âgée que lui. Elle aura une grande influence sur lui et le hantera tout au long de son existence malgré sa disparition subite. C’est une histoire d’amour bouleversante et qui m’a attristé car les protagonistes me semblaient impuissants face à leur destin.
J’ai beaucoup aimé ce jeune adolescent qui découvre les premiers émois de l’amour et du désir, les relations humaines dans un couple. C’est aussi un narrateur en proie à plusieurs doutes, notamment sur ce qu’il aurait dû faire ou non : les sentiments sont bruts, contradictoires parfois, mais toujours si réels, si humains et si proches de nous car, comme lui,  à un moment de notre vie, nous avons été aussi amoureux.
L’auteur développe également le sujet du nazisme dans l’Allemagne de l’après-guerre, en l’occurrence lors des procès : comment comprendre, et donc juger, l’inconcevable ? Comment expliquer que ces gens aient pu commettre tous ces crimes ou fermer les yeux sur toutes ses horreurs ? A force d’entendre parler de camps de concentration, ne finit-on pas par être indifférent et anesthésié ? Ce sont des sujets qui méritent d’amples réflexions et que chacun répondra dans le fond de son cœur.
Le style d’écriture est un peu lourd, avec des tournures alambiquées et de temps en temps, il fallait que je lise deux fois un paragraphe pour bien comprendre le sens.
Il me reste à conclure : le film était bien mais le livre encore meilleur donc choisissez plutôt de le lire ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *