La planète des singes

Fiche identité

  • Titre du livre: La planète des singes
  • Auteur: Pierre Boulle
  • Nombre de pages: 223
  • Édition: Pocket

Résumé

Phyllis et Jinn profitent de leurs vacances dans l’espace lorsqu’ils découvrent une bouteille avec un message à l’intérieur. Il s’agit du récit d’Ulysse Mérou, un journaliste qui accompagne deux autres chercheurs partis explorer Bételgeuse.

Avis     Coeur-blogCoeur-blogCoeur-blogCoeur-blog

Fait étonnant, je ne connais pas ce récit d’anticipation, adapté plusieurs fois en films et en séries. Pour être enfin à la page et avant de me laisser influencer par la nouvelle et énième adaptation cinématographique, je me suis mise à la lecture de cet ouvrage.
C’est une histoire agréable, facile à appréhender pour les personnes qui ne sont pas forcément familiarisés avec la science-fiction comme moi. Ulysse Mérou et ses compagnons débarquent sur une planète semblable à la Terre, enfin presque… Les hommes ne sont que des êtres primitifs et sauvages tandis que les singes sont les êtres vivants les plus évolués, les plus « civilisés », avec des mœurs semblables aux nôtres. Capturé par ces derniers, Ulysse essaie de tout mettre en œuvre pour se faire accepter en tant que créature vivante douée de raison et de conscience.
Nous suivons le point de vue d’Ulysse, profondément déstabilisé par ce qui lui arrive : comment admettre cette situation absurde – pour ne pas dire cauchemardesque – où, sur cette planète, des singes seraient supérieurs à l’homme ? Lui, Ulysse, serait égal à un primate, non mais ! J’ai trouvé ce protagoniste souvent ridicule, prétentieux et agaçant: il se croit investit d’une mission, à savoir être le sauveur de l’humanité sur la planète Soror ; pas modeste pour un sou, il jubile d’être enfin le centre de l’attention, lui qui avant n’était qu’un obscur journaliste !
Beaucoup de thèmes sont évoqués dans ce récit, et on pourrait disserter longuement dessus : l’organisation discriminatoire de la communauté des singes pas si éloignée de nos propres sociétés, les abus commis par une race (animale ou humaine) qui se croit supérieure à une autre et qui se donne le droit de le maltraiter à sa guise, l’évolution des civilisations et des espèces etc.
Le style de l’auteur est assez recherché, ce que je trouve étonnant pour un roman de science-fiction. Il est parfois pompeux, avec des phrases lourdes. Néanmoins, les évènements s’enchaînent bien, sans trop de longueurs. La fin a été surprenante, je ne m’y attendais pas et j’aime avoir de bonnes surprises de ce type !
Bon, pour conclure, j’incite surtout les gens qui ne connaissent pas la SF à tenter ce court bouquin !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *