La foire aux vanités

Fiche identité

  • Titre du livre: La foire aux vanités
  • Auteur: William Thackeray
  • Nombre de pages: 1 071
  • Édition: Gallimard

Résumé

Amelia Sedley et Rebecca Sharpe quittent ensemble le pensionnat de jeunes filles où elles ont étudié pour faire leur entrée dans le monde. Alors qu’Amelia est la fille d’un riche marchand, Rebecca est une orpheline très pauvre destinée à devenir une simple gouvernante. Pourtant, plutôt que d’accepter son sort, Rebecca usera de tous les moyens possibles pour accéder au sommet de la société. Les destins des deux jeunes filles se croiseront régulièrement dans ce monde qui n’est au fond qu’une foire aux vanités.

Avis     Coeur-blogCoeur-blogCoeur-blogCoeur-blogCoeur-blog

Avant de débuter ce commentaire, je tiens à m’excuser pour cette longue absence sur mon blog. Quelques sessions de recrutement ont absorbé une partie de mon temps et il faut avouer que ce livre était assez volumineux.
Au fur et à mesure de ma lecture, j’étais littéralement suspendue à chaque page,  immergée dans le XIXème siècle anglais. Le style d’écriture est railleur, sarcastique et parfois vraiment très drôle. Au début, j’étais un peu déroutée mais j’ai fini par m’habituer et même à aimer car on sent que l’auteur maîtrise son sujet et le monde qu’il décrit c’est à dire la société anglaise.
C’est une société où règne le paraître et l’hypocrisie, où la vanité est roi. On le découvrira en détail  grâce à quelques personnages, dont Rebecca Sharpe et Amélia Sedley. Pour être franche, aucune de ses héroïnes n’était particulièrement attachante. Rebecca est hypocrite, manipulatrice, et avide de gloire si bien qu’elle m’agaçait régulièrement avec son comportement. En même temps, je l’ai admiré pour son courage, son intelligence et ses machineries bien audacieuses ! Quant à Amelia, je l’ai trouvé niaise, sotte et très égoïste. Mais quelque part, sa gentillesse était touchante et elle a réussit à éveiller un brin de pitié dans mon coeur.
Bref, je ne citerai pas tous les personnages mais leurs traits psychologiques sont extrêmement bien travaillés au point où on a l’impression d’avoir à faire à des gens réels. Pour vous donner  une envie de lire cet ouvrage exceptionnel, j’ai noté quelques phrases très pertinentes qui peuvent toujours s’appliquer même à notre société contemporaine qui ne s’est toujours pas affranchi de la vanité.
« 
O foire aux Vanités, foire aux Vanités » sans vous elle aurait peut-être été une aimable et bonne fille. Peter Butt et Rose auraient fait un heureux ménage dans une ferme florissant, avec de jolis marmots, le tout assaisonné d’une honnête portion de peines et de plaisirs, d’espérances et de luttes. Mais un titre, une voiture à quatre chevaux sont dans la foire aux Vanités, des hochets plus précieux que le bonheur. » Je m’arrête là sinon je copierai tout le livre « La gloire de ce monde est bien passagère. L’expérience  a démontré depuis longtemps que les plus heureux sont toujours les plus éloignés du soleil…tout ici-bas n’est que fumée et vanité ».

Un conseil : lisez-le absolument !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *