La délicatesse

Fiche identité

  • Titre du livre: La délicatesse
  • Auteur: David Foenkinos
  • Nombre de pages: 209
  • Édition: Folio

Résumé

Nathalie mène une vie épanouie jusqu’au jour où son mari François, victime d’un accident, meurt subitement. A partir de ce moment, son univers s’écroule et elle se recroqueville dans sa carapace.

Avis     Coeur-blog

Lorsque j’ai terminé ce livre, je n’ai pu que pousser un soupir de désespoir car il est d’une banalité affligeante. Je me demande même qui sont les membres des jurys capables d’octroyer des prix (inconnus) à un ouvrage aussi insipide, prévisible et creux. Méfiez-vous de ce titre racoleur car il n’y a rien de subtil, ni de délicat dans cette histoire qui tient sur un mouchoir en papier plié en douze : Nathalie perd brutalement son mari mais s’accroche à la vie grâce à son travail. Son geste inhabituel envers un de ses collègues va modifier son quotidien.
Le récit est très superficiel, et pas besoin d’être Einstein pour deviner la suite des évènements. Les personnages principaux sont caricaturés à l’extrême : Nathalie la femme parfaite (belle, admirée par les salariés de l’entreprise, occupant un poste à responsabilité à un jeune âge, adepte des tailleurs chics et des talons aiguilles au bureau etc.) ; Charles, le patron sous le charme de sa collaboratrice et qui tente de la séduire à tout prix, d’autant plus que son mariage bat de l’aile ; Markus, salarié discret au bureau et homme sans histoire dans sa vie personnelle. Je ne compte plus les multiples clichés sur la Suède, ni les allusions sans aucune subtilité à d’autres ouvrages (exemple des plus ridicules : « En véritable concierge, sans la moindre élégance du hérisson »).
L’hémorragie pourrait s’arrêter là mais non, voici encore quelques points qui m’ont paru insupportables :
– les chapitres sans grande consistance, destinés à rallonger inutilement le nombre de pages : pourquoi mettre les résultats de la Ligue 1 ? ou la définition du mot moquette ? ou les paroles de chanson d’Alain Souchon ? ou des passages de films ? ou des recettes de cuisine ?
– les publicités, qui sont pour moi une pollution visuelle et intellectuelle. Pour ne citer qu’un exemple, vers la page 30 où il met carrément la phrase suivante « sur un meuble Ikea .. ». Il y en a d’autres, moins directs. M. Foenkinos, est-ce que Balzac, Dickens ou Flaubert ne cite ne serait-ce qu’une seule marque dans leurs chefs-d’œuvre ?
– les notes de bas de page, qui ne servent à rien, qui n’expliquent rien, qui n’éclairent rien et sont justes là pour décorer. M. Foenkinos, encore une fois je m’adresse à vous : je vous conseille de feuilleter les ouvrages de Victor Hugo ou de Thomas Hardy pour comprendre à quoi sert réellement une note de bas de page.
Le style d’écriture est lourd, plat, avec des dialogues sans grande consistance.
Un conseil : une lecture à éviter !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *