La couleur pourpre

Walker, Alice - La couleur pourpreFiche identité

  • Titre du livre: La couleur pourpre
  • Auteur: Alice Walker
  • Nombre de pages: 350
  • Édition: Le livre de poche

Résumé

L’histoire se déroule aux Etats-Unis. La vie de Celie débute par un cauchemar : abusée par son père dès l’âge de quatorze ans, elle est mariée sans son consentement à Albert, un homme veuf ayant déjà des enfants.  

Avis     Coeur-blogCoeur-blogCoeur-blog

De ce livre, je ne connaissais que le film réalisé par Spielberg et joué par Whoopi Goldberg. Lorsqu’il passait à la télé, ma mère ne voulait pas qu’on le regarde mais on trichait quand même grâce aux multiples rediffusions. Le seul souvenir flou que j’en garde est une histoire très triste. Ce livre a inspiré ce film mais je l’ai moyennement aimé.
Dès le début, on est frappé par le cauchemar que vit Celie : violée constamment par son père, elle tombe enceinte mais ses enfants lui sont arrachés brutalement. Sa mère meurt puis elle sera mariée à un homme brutal et méprisant que son père a choisi. On connaît sa vie à travers les lettres qu’elle écrira au bon Dieu et ensuite à sa soeur Nettie, disparue depuis des années. L’héroïne est une femme extrêmement soumise. Elle reste quand même attachante même si j’avais envie qu’elle se révolte contre son sort.
L’auteur développe plusieurs thèmes : les conditions de vie des Noirs dans un pays sortant peu à peu de l’esclavage, le regard qu’ils ont par rapport à l’Afrique, les relations hommes/femmes, l’homosexualité, la religion…
Pourquoi je n’ai pas totalement aimé ? Le style d’écriture est laborieux. Je sais que l’auteur a volontairement adopté un langage très simple pour montrer le manque d’instruction de Celie mais c’est très lassant à lire. Les péripéties se succèdent à un rythme très rapide, surtout à cause de la structure du livre : les lettres sont courtes, annoncent les événements récents mais la narratrice n’approfondit pas, n’extériorise pas les sentiments, ce qui est assez frustrant. La chronologie n’est pas très claire aussi.
Mon commentaire est assez froid car j’attendais beaucoup de cette lecture. Il reste quand même un bon livre que d’autres personnes apprécieront sûrement mieux que moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *