La case de l’oncle Tom

Beecher-Stowe, Harriet - La case de l'oncle TomFiche identité

  • Titre du livre: La case de l’oncle Tom
  • Auteur: Harriet Beecher-Stowe
  • Nombre de pages: 637
  • Édition: LGF

Résumé

Tom et le petit Henri, fils d’Elisa sont des esclaves appartenant à Georges Selby. Ce dernier rencontre quelques difficultés financières et décide de les vendre.

Avis     Coeur-blogCoeur-blogCoeur-blogCoeur-blog

Comme j’avais promis dans un post précédent de lire des ouvrages sur la condition des Noirs, j’ai débuté par celui-ci. Ce livre, écrit en 1852, dénonce les conditions inhumaines de l’esclavage. En lisant ce livre, j’étais frappée par l’horreur, par l’enfer où vivait les Noirs à cette époque là. Être mort était préférable à tout ce qu’il pouvait endurer : violences et tortures, femmes séparées de leurs enfants en bas âge sans aucun égard, familles dispersées et vendues, travail harassant, une vie sans aucun droit et sans aucune protection. Ils appartenaient corps et âme à leur propriétaire, étaient considérés moins que des animaux ou des objets, comme une race dégénérée et l’église approuvait avec vigueur ce type de traitement en lui donnant des assises chrétiennes. Je n’en dirais pas plus car c’est vraiment un livre dur et émouvant à la fois. On découvre également les rapports souvent très ambigus entre un maître et son esclave, les arguments des pro-esclavagistes pour maintenir le système, les préjugés à l’égard des Noirs, le style de vie oisif de cette époque…
Plusieurs personnages coexistent dans ce livre et chacun tente à leur manière de survivre. Certains choisissent la fuite, les uns la mort, d’autres se réfugient dans la religion chrétienne, comme Tom, le personnage principal. D’ailleurs, ce dernier a essuyé plusieurs critiques négatives  par la suite: même la préface (que je n’aurai jamais dû lire), le décrit comme un être passif, faible et lâche. Personnellement, je l’ai beaucoup admiré pour son courage, son coeur généreux et sa foi.
Pourquoi pas le 5ème coeur ? L’ouvrage est vraiment bien, mais, parfois l’auteur s’étend trop sur la morale chrétienne, avec plusieurs passages bibliques ou des sermons souvent longs sur la Rédemption, la venue du Christ, l’espérance d’un au-delà meilleur. De plus, les pensées d’Evangeline ne cadrent pas trop avec son âge mais je pense que l’auteur a surtout voulu transmettre un message d’amour et de simplicité à travers elle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *