Heidi

Spyri, Johanna - HeidiFiche identité

  • Titre du livre: Heidi
  • Auteur: Johanna Spyri
  • Nombre de pages: 210
  • Édition: Castermann

Résumé

Heidi, une orpheline de cinq ans, part habiter chez son grand-père sur un alpage au dessus de la ville de Mayenfeld. Alors qu’elle commençait à s’adapter à cette nouvelle vie, sa tante Dete revient la chercher pour qu’elle devienne demoiselle de compagnie d’une fille paralysée, Clara, qui vit à Francfort.

Avis     Coeur-blogCoeur-blogCoeur-blogCoeur-blog

Paru en roman vers la fin du XIXème siècle puis en dessin animé dans les années 90, cette histoire reste très connue, même de nos jours. J’ai choisi de lire cet ouvrage pour me remémorer de vieux souvenirs et surtout pour rester dans le thème de l’enfance, qui semble être le fil conducteur de ce blog depuis plus de deux semaines.
C’est une histoire plaisante qui raconte les péripéties de Heidi, une jeune orpheline suisse. Le résumé est déjà assez explicite donc je ne développerai pas plus le sujet.
Heidi est une petite fille charmante, vive et attachante. Par sa gentillesse et sa spontanéité, elle arrive à mettre du baume au coeur dans le quotidien des gens qu’elle côtoie. Ce récit comporte aussi une morale à forte connotation religieuse: par exemple, le conte que Heidi aime beaucoup n’est autre que la parabole du fils prodigue dans la Bible. Certains sentiments sont mièvres et parfois trop idylliques. Une partie de ces faits et gestes m’a semblé puéril et vieux jeu : de nos jours, je vois mal une jeune fille de dix ans s’empresser d’aller lire un livre de cantiques à sa vieille voisine! Dans cet ouvrage, il ne faut pas oublier de situer le contexte dans lequel il a été écrit: au XIXème siècle, les livres pour enfants avaient aussi vocation à diffuser un certain type d’éducation et de « comportement modèle ».
L’auteur oppose la vie citadine à celle de l’existence saine et naturelle menée auparavant par Heidi dans la montagne. Elle nous offre de magnifiques descriptions des Alpes suisses. Son style d’écriture est agréable mais je pense que la version originale reste un peu ardue pour des enfants, surtout au niveau des tournures de phrases et du vocabulaire déjà bien étoffé.
Bon, je mets quand même une bonne note car j’ai bien aimé l’idée d’ensemble. Cette histoire me rappelle un peu les ouvrages de Frances Hodgson Burnett !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *