Facebook m’a tuer

Isnards, Alexandre des & Thomas Zuber - Facebook m'a tuerFiche identité

  • Titre du livre: Facebook m’a tuer
  • Auteur: Alexandre des Isnards & Thomas Zuber
  • Nombre de pages: 288
  • Édition: Nil

Résumé

Qui est-ce qui est devenu un réflexe quotidien de nos jours ? Aller sur Facebook ! Mais quel est l’impact de ces nouveaux outils dans nos relations sociales ?

Avis     Coeur-blogCoeur-blogCoeur-blogCoeur-blog

En ce moment je suis en train de lire un ouvrage dense qui requiert un certaine dose de concentration. Je n’en dirais pas plus car il fera bientôt l’objet d’un commentaire spécifique. 
Ce petit livre vient donc à point nommé car c’est une lecture ludique et facile. Ces deux auteurs m’ont bien fait rire il y a quelques années de cela avec L’open space m’a tuer . Ils ont repris le même principe mais en l’adaptant aux nouveaux réseaux sociaux (Facebook, MSN, Twitter…) et nouveaux sites de rencontre (adopteunmec, Meetic…).
Ils décrivent avec humour et ironie quelques comportements classiques : l’étalage de la vie privée sur Facebook, les innombrables photos et vidéos d’enfants publiés par leurs chers parents, les photos de vacances idylliques …Certaines situations m’ont fait sourire et me rappellent les travers de nos 453 amis (et même, parfois bien souvent les nôtres).
Mais au-delà de l’humour, ce livre a un ton assez sombre car on se rend compte des changements intervenus au niveau des relations sociales. Nous n’avons jamais eu autant de moyens de contacter des gens mais paradoxalement, nous nous sentons encore plus seuls. Cette solitude se manifeste par un besoin de reconnaissance, par une connexion « permanente », pour se parler et « se donner des nouvelles », par la prépondérance des relations virtuelles au détriment des relations in real life, par le consumérisme à outrance que l’on trouve sur les sites de rencontres – nouveau supermarché en ligne d’hommes et de femmes – par les téléphones et autres gadgets qui dénaturent nos moments même les plus intimes…
A lire ? Oui, d’autant plus que le style d’écriture est léger, simple et pointe du doigt certaines situations tristement vraies !

Autre(s) livre(s) de cet auteur commentés dans ce blog: L’open space m’a tuer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *