Comme un roman

Pennac, Daniel - Comme un romanFiche identité

  • Titre du livre: Comme un roman
  • Auteur: Daniel Pennac
  • Nombre de pages: 197
  • Édition: Gallimard

Résumé

L’auteur nous parle de sa vision de la lecture et les moyens pour inciter les jeunes à aimer de nouveau les livres.

Avis     Coeur-blogCoeur-blogCoeur-blog

C’est un essai très court que nous propose cet auteur que je connais surtout de réputation.
Il nous parle du plaisir d’être un lecteur mais aussi le peu d’engouement que cette activité suscite chez les jeunes. Il nous propose des nouvelles manières de cultiver ce plaisir et tant pis s’il faut sauter des pages et les descriptions rébarbatives, tant pis si on lit de soi-disant  « mauvais » romans…
J’ai retrouvé certains de mes comportements dans sa description du lecteur : cette intimité qui se créé entre les personnages et le lecteur, tous ces livres qui ont été maltraité par mes soins (pages écornées, décollées à force d’avoir été plié ici et là), les nuits blanches à lire en cachette…
Mais je ne peux pas mettre une note supérieure pour plusieurs raisons. Le style d’écriture est simple et les pages se tournent aisément. C’est même trop simple à mon goût, un peu trop banal même. J’aurai aimé qu’il distille plus de poésie et de magie dans ces phrases.
Paradoxalement, je pense que ce livre est destiné principalement à des gens qui ont déjà cet amour des livres dans les veines : le lire nous conforte et nous rassure un peu dans nos opinions  et dans notre vécu quotidien de lecteur. Si quelqu’un n’aime pas lire, je pense qu’il ne sera pas convaincu par les arguments de l’auteur. Certes, la pédagogie et les programmes scolaires ont causé quelques dégâts mais je pense que la lecture est un loisir qu’on a parfaitement le droit de ne pas aimer même si on nous a lu une quantité phénoménale de contes lorsque nous étions enfants. Cela m’agacerait profondément que quelqu’un me propose un essai sur la façon d’aimer les mathématiques, le lancer de marteau ou bien la décoration florale.
Pour finir sur une note positive quand même : « Le temps de lire est toujours du temps volé. (Tout comme le temps d’écrire, d’ailleurs, ou le temps d’aimer.) Volé à quoi ? Disons, au devoir de vivre […]. Le temps de lire, comme le temps d’aimer, dilate le temps de vivre. Si on devait envisager l’amour du point de vue de notre emploi du temps, qui s’y risquerait ? Qui a le temps d’être amoureux ? A-t-on jamais vu, pourtant, un amoureux ne pas prendre le temps d’aimer ? Je n’ai jamais eu le temps de lire, mais rien, jamais, n’a pu m’empêcher de finir un roman que j’aimais. La lecture ne relève pas de l’organisation du temps social, elle est, comme l’amour, une manière d’être. La question n’est pas de savoir si j’ai le temps de lire ou pas (temps que personne, d’ailleurs, ne me donnera), mais si je m’offre ou non le bonheur d’être lecteur. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *