Marx et la poupée

Fiche identité

  • Titre du livre: Marx et la poupée
  • Auteur: Maryam Madjidi
  • Nombre de pages: 220
  • Édition: J’ai lu

Résumé

L’auteur, à travers ce récit autobiographique, nous raconte ses souvenirs d’enfance en Iran et son exil en France.

 Avis     Coeur-blogCoeur-blogCoeur-blogCoeur-blog

C’est toujours grâce à des lecteurs de Babelio que j’ai découvert ce livre très émouvant. Merci à eux pour leur enthousiasme et leur partage !
Cette histoire mêle plusieurs bribes de souvenirs : ceux de son enfance jusqu’à l’âge de six ans en Iran, puis ceux de son arrivée en France et de son adaptation à ce nouveau pays.
L’Iran, c’est le pays où ses parents révolutionnaires, militants communistes convaincus, essaient de mener leur combat idéologique au détriment de leur sécurité.  L’Iran, c’est aussi se sentir entourée et aimée par la famille élargie, que ce soit la grand-mère douce et aimante, l’oncle Saman ou les innombrables cousins/cousines.
La France, c’est le pays où elle débarque avec sa mère. C’est le pays de l’exil, de la séparation et de la douleur. Ce choc culturel, surtout pour un enfant qui n’a pas été préparé à un départ aussi soudain, la plonge dans l’incompréhension, le déni et la colère. Tout est si différent : la langue, la nourriture, la culture, la solitude. Elle finit par rejeter sa langue maternelle pour tenter d’intégrer tant bien que mal ce nouveau pays d’accueil. Comment concilier ces deux cultures et ces deux identités qui semblent si opposées mais qui ensemble ferait le plus beau des mélanges ?
Ce récit, raconté avec beaucoup de douceur, de tendresse, de sensibilité, de poésie et d’authenticité, a fait vibrer mon cœur. Les thèmes liés à l’exil et à l’immigration ont le don de me toucher car j’ai vécu cette douloureuse (mais enrichissante) expérience il y a quelques années de cela. J’ai ressenti avec beaucoup d’émotion ce qu’elle l’a vécu et ce qu’elle continue à vivre, un peu comme si elle parlait à tous ces millions d’exilés (volontaires ou non), loin de leurs pays et de leurs racines.
L’auteur évoque aussi, de manière voilée, les conditions sociales à Téhéran, une capitale partagée entre modernités et mœurs excessives entre les murs contre l’hypocrisie et la répression religieuse dehors.
Je vous recommande cette lecture, encore un diamant brut trouvé sur ma route de lecteur !

Automobile club d’Egypte

Fiche identité

  • Titre du livre: Automobile club d’Egypte
  • Auteur: Alaa El Aswany
  • Nombre de pages: 637
  • Édition: Actes Sud

Résumé

L’Automobile club d’Egypte est le lieu central de cette intrigue, où va travailler Abdelaziz Hamam, un noble ruiné qui s’installe au Caire. A travers le vécu de ces quatre enfants, nous allons découvrir une chronique de l’Egypte des années 1940, au moment du règne du roi Farouk.

Avis     Coeur-blogCoeur-blogCoeur-blogCoeur-blog     

Alors que le quotidien est morose, qu’aucun répit ne s’offre à l’horizon, plonger dans ce roman coloré, riche et plein d’entrain m’a permis de m’évader le soir, lorsque le sommeil fuyait tellement je suis submergée d’angoisse.
Ce livre est un roman polyphonique où interviennent plusieurs narrateurs, soit à la première personne, soit à la troisième personne. L’histoire prend deux directions, tout en restant imbriquées l’une dans l’autre.
D’abord, il s’agit de celle de la famille d’Abdelaziz Hamam, fraîchement arrivée au Caire. Les quatre enfants auront chacun un parcours différent que nous découvrirons au fur et à mesure des pages : Saïd, l’aîné égoïste et individualiste ; Kamel jeune étudiant plein de patriotisme ; Saliha dévouée, studieuse et naïve ; Mahmoud paresseux mais amoureux des plaisirs en tout genre. Autour d’eux gravitent une multitude de personnages comme Oum Saïd leur mère, Mitsy, Abdoune, Aïcha la voisine, M. Wright, les salariés de l’Automobile club d’Egypte, le prince Chamel, Faouzi etc. Pendant un long moment, ces personnages ont fait partie de mon quotidien, comme de vieilles connaissances, souvent drôles, attachants et tellement vivants.
Puis, il y a la vie dans l’Automobile club d’Egypte, un microcosme où se côtoie les aristocrates anglais qui occupaient l’Egypte à cette époque ; le roi qui y joue toute la nuit accompagnée de sa cour, les serviteurs noirs sous le joug d’El-Kwo, le chambellan du roi, un être tyrannique, odieux et malfaisant.
C’est un livre où on découvre la culture égyptienne, où on respire l’odeur des bons petits plats locaux, où on déambule dans les quartiers du Caire, où on dîne les salons feutrés de l’Automobile club, où on entre dans l’intimité familiale. Mais c’est aussi un roman de société qui dénonce les conditions sociales, le racisme ambiant, les inégalités sociales flagrantes entre les Egyptiens et les Anglais, le rôle subtil des femmes dans les foyers, la crise politique latente qui couve en Egypte accentuée par les frasques du roi, l’occupation anglaise avec son lot de mépris et de condescendance.
Le style d’écriture est agréable, limpide et léger. Le roman se lit quasiment d’une traite. Je n’ai pas mis le 5ème cœur car j’ai trouvé la fin totalement bâclée par rapport au contenu. L’auteur finit abruptement cette histoire sans même préparer le terrain. C’est comme s’il n’avait plus d’inspiration et qu’il décidait tout à coup de terminer ce récit avec une pirouette. J’aurai aimé que l’auteur continue cette histoire, qu’il passe même à la seconde génération jusqu’à la révolution égyptienne.
Pour conclure, ne tenez pas compte de cette couverture peu attirante et allez à la découverte de ce beau roman !

Autre(s) livre(s) de cet auteur commentés dans ce blog: L’immeuble Yacoubian