Underground railroad

Fiche identité

  • Titre du livre: Underground railroad
  • Auteur: Colson Whitehead
  • Nombre de pages: 416
  • Édition: Le livre de poche

Résumé

Cora, esclave dans une plantation de coton située en Géorgie, accepte de fuir avec Caesar, un esclave récemment arrivé de Virginie.  Ils vont tenter de rejoindre les États libres du Nord. 

Avis     Coeur-blogCoeur-blogCoeur-blogCoeur-blog

Ce livre, couronné du prestigieux prix Pulitzer, est un roman très intéressant à propos de l’esclavage aux États-Unis. C’est avec un frisson d’horreur qui continue à me faire trembler que j’écris ce commentaire. Peu de mots peuvent décrire les exactions, les souffrances et les cruautés de l’esclavage : tout commence par les rafles sur les côtes africaines; le trajet enfermé dans une cale de bateau au milieu d’immondices; les ventes et reventes au gré des maîtres ; les viols subis par les femmes ; les enfants séparés de leur mère; les violences, tortures, coups de fouets et autres châtiments raffinés etc.
Dans ce cas, autant fuir mais cette solution comporte un risque élevé à cause des chasseurs d’esclaves, une bande de mercenaires payés pour ramener mort ou vif les fugitifs.
C’est un visage sombre de l’Amérique qui est présenté; celui où chaque État mène à sa guise la politique de l’esclavage entre semblant de liberté ou répression sévère.
Mis à part quelques abolitionnistes prêts à aider les esclaves en fuite via un réseau clandestin, la plupart profitent de ce système lucratif et trouvent cet état de choses normal et légitime.
Les chapitres se succèdent à un rythme trépidant mais décousu qui peut dérouter certains lecteurs. Le style d’écriture est vif, dynamique et incisif. L’auteur appuie là où ça fait mal !
Malgré tous ces éloges, je n’ai pas mis le cinquième coeur en raison de cette fin bancale, presque expéditive après toutes ses péripéties! Je regrette également l’aspect un peu théâtral des personnages principaux, parfois trop manichéens à mon goût.
Néanmoins, ce roman vaut largement le détour! A lire !!!

La maison où je suis mort autrefois

Fiche identité

  • Titre du livre: La maison où je suis mort autrefrois
  • Auteur: Keigo Higashino
  • Nombre de pages: 253
  • Édition: Actes Sud

Résumé

Le narrateur reçoit un coup de fil de Sayaka, son ex-petite amie qui lui demande de l’aide pour visiter une vieille maison héritée de son père. Comme elle n’a aucun souvenir de son passé, Sayaka est persuadée que cet endroit l’aidera à retrouver la mémoire. 

Avis     Coeur-blogCoeur-blogCoeur-blogCoeur-blogCoeur-blog

C’est la première fois qu’un roman japonais obtient une note aussi excellente dans mon palmarès de lecture. Quel plaisir de découvrir un autre visage de la littérature japonaise !
Lorsque les deux narrateurs entrent dans cette vieille demeure isolée, le lecteur est plongé dans une atmosphère inquiétante et oppressante. Quel est cet endroit sinistre et abandonné ? Quel drame se cache ici ? Le puzzle des événements passés s’esquisse petit à petit sous nos yeux. Ce livre regorge de suspens, de mystères et de secrets qui tiennent le lecteur en haleine jusqu’à la dernière page. Pour ma part, j’ai dû me forcer à poser ce livre pour me livrer à d’autres activités (comme tenter de dormir à 2h du matin un jour de semaine!)
Le style d’écriture est fluide et agréable à lire. L’auteur adopte un ton assez froid mais qui cadre bien avec ce récit angoissant et mystérieux. Quelle maîtrise ! Quel talent de conteur !
Ce récit nous pousse également à réfléchir sur une question assez épineuse : peut-on s’affranchir de son passé surtout s’il a été entaché de violences ?
Je n’ai qu’une phrase à vous dire : lisez ce roman !!! C’est un magnifique diamant noir rencontré sur ma route!