Le dieu des petits riens

Roy, Arundhati - Le dieu des petits riensFiche identité

  • Titre du livre: Le dieu des petits riens
  • Auteur: Arundhati Roy
  • Nombre de pages: 483
  • Édition: Gallimard

Résumé

Rahel et Estha, deux jumeaux de huit ans, vivent chez leur grand-mère en compagnie de leur mère Ammu, de leur grande-tante Baby Kochamma et de leur oncle Chacko. Mais un drame va se nouer lors de l’arrivée de leur cousine, Sophie Mol.

Avis     Coeur-blogCoeur-blogCoeur-blog

J’ai entendu beaucoup de bien sur cet ouvrage mais mon avis reste mitigé et moyen. Ce fut une lecture difficile, en raison de la chronologie emmêlée et décousue. C’est un vrai puzzle où le présent se mélange au passé, où chaque chapitre est une succession de souvenirs qui resurgissent sans réelle logique. Il faut un certain effort et une bonne dose de concentration pour suivre ces méandres flous et nébuleux ; pour tenter de connecter les détails entre eux et de visualiser le tableau complet.
Le récit débute par le retour de Rahel en Inde après plusieurs années d’absence. Malgré tout ce temps écoulé, les souvenirs restent toujours présents et elle va revivre le drame qui a fait basculé leur existence à jamais. Pour ceux qui liront le livre, vous devinerez bien vite de quoi il en retourne mais l’auteur prend un long moment pour tout développer, ce qui m’a fait souvent piaffer d’impatience.
C’est une histoire de famille, où les souvenirs d’enfance de Rahel et d’Estha, son jumeau, sont prépondérants. Il y a la grand-mère Mammachi, qui tenait une usine de conserves de confitures ; leur mère Ammu divorcée et sans instruction, et de ce fait contrainte de retourner chez sa famille ; leur oncle Chacko, qui a fait des études à Oxford, un coureur de jupons invétéré partagé entre son idéal marxiste et sa position de chef d’entreprise ; Baby Kochamma leur grande-tante, une vieille fille aigrie, perfide et méchante.
C’est aussi l’histoire de l’Inde avec son système de castes contraignant où être né intouchable vous reléguait d’office comme un paria ; c’est l’Inde où les conditions de vie des femmes restaient (et sont toujours je présume) misérables, partagées entre violence conjugale, absence de statut clairement définie en cas de divorce et prostitution pour les plus démunis ; c’est l’Inde avec son foisonnement de couleurs, d’odeurs, de fruits et de saisons mais aussi ces conditions d’hygiène déplorables ; c’est l’Inde avec son pan d’histoire politique lors de l’arrivée des communistes et le mouvement contestataire des naxalites.
Le style d’écriture de l’auteur est coloré, plein de poésie et de sensibilité mais j’insiste sur le côté décousu du récit qui m’a égaré. Le rythme est lent et lourd, comme si on était emprisonné par la torpeur des chaleurs tropicales et de la mousson. Il y a quelques longueurs, dont certaines qui m’ont paru interminables.
Bref, je recommande ce livre pour des lecteurs aguerris, sinon c’est la dépression assurée !

Le cricket club des talibans

Murari, Timeri - Le cricket club des talibansFiche identité

  • Titre du livre: Le cricket club des talibans
  • Auteur: Timeri Murari
  • Nombre de pages: 464
  • Édition: Folio

Résumé

Cette histoire se déroule en Afghanistan. Le gouvernement décide de lancer un tournoi de cricket où l’équipe gagnante irait s’entraîner à l’étranger. Rukshana, une jeune femme afghane qui a étudié en Inde et qui sait jouer au cricket, décide d’entraîner son jeune frère et ses cousins pour qu’ils puissent avoir une chance de quitter le pays.

Avis     Coeur-blogCoeur-blogCoeur-blog

Voici un livre qui mêle trois thèmes improbables : les talibans, le cricket et une histoire d’amour.
Malgré ce drôle de cocktail qui m’a rendu un peu dubitative au début, j’ai quand même bien apprécié ce roman.
Ce n’est pas de la grande littérature mais plutôt une histoire sympathique qui est bien écrit. L’existence de Rukshana, une jeune afghane, bascule lorsque les talibans arrivent au pouvoir. Contrainte d’abandonner son métier de journaliste, obligée de mettre la burqa et d’être accompagnée par un homme de sa famille à chaque fois qu’elle sort, sa vie est rythmée par les soins qu’elle donne à sa mère malade et la peur de se faire arrêter. L’annonce du tournoi de cricket va modifier ses perspectives car elle espère, à force d’entraînement, faire gagner ses cousins et son frère.
L’auteur entremêle ici plusieurs sujets, souvent de manière brouillonne. Parfois, on ne sait plus où se placer ni sur quel pied danser. Il évoque pêle-mêle la vie quotidienne sous le régime des talibans, l’oppression qui existait pour chaque individu, les exécutions et tortures du gouvernement, le poids de la famille afghane et le code de l’honneur qui y est lié, les règles du cricket.
J’avoue que sur ce dernier point, l’auteur m’a perdu car je n’y connais rien de rien et malgré tout l’enthousiasme qu’il a mis à décrire ce sport, je n’ai pas accroché.
Comme je l’ai mentionné plus haut, le style d’écriture est agréable et fluide. On commence la lecture sur une ambiance sombre mais on bascule progressivement sur un ton plus romantique et fleur bleue. Je reconnais que l’histoire reste quand même peu crédible et ressemble à un conte de fées moderne (remplacez juste Barbe Bleue par un cruel taliban !). Mais qu’importe, de temps en temps ça fait du bien de lire un roman facile, prévisible, sans prise de tête et avec une note d’espoir.
Le mot de la fin : une lecture d’été, à déguster au bord de la plage ou de la piscine !